Pour ce faire, il faut transformer le jeu démocratique, qui a été perverti par des pratiques politiques malhonnêtes, égocentriques, clientélistes.

A ce constat vient s’ajouter l’urgence climatique, qui commande un changement radical de notre rapport à la politique, que l’on soit élu ou électeur potentiel. Se faire élire c’est être conscient que l’avenir de l’humanité, la sécurité, la salubrité, la cohésion sociale dépendent de nos actes, c’est s’engager, s’exposer et servir l’intérêt général.

L’intérêt général, tel que nous le comprenons, n’est pas l’addition de petits intérêts particuliers, ni des petits avantages que l’on accorde à ses proches, à son électorat, à sa clientèle.

Personnellement, en tant que citoyen engagé, je me suis toujours évertué à convaincre mes concitoyens que c’est le peuple qui est souverain et qu’il ne doit compter que sur sa propre détermination et sa constante mobilisation, pour s’accomplir individuellement et collectivement.

Il n’y a pas d’homme providentiel, il n’y a pas de démiurge, nous enseigne Frantz FANON.

La démocratie c’est le pouvoir du peuple, par le peuple et pour le peuple. Mais encore faut-il qu’il l’exerce pleinement et qu’il ne se complaise pas dans le gémissement permanent et l’abstention.

Le monde est à un tournant et notre société guadeloupéenne a besoin de la mobilisation de tous les citoyens pour la transformer et la faire embrasser les défis de ce 21 ème siècle.


Chacun, dans son quartier, dans sa ville ou sa commune, doit se sentir concerné:
  • par le sort des personnes âgées, des personnes à mobilité réduite, à qui il manque de l’eau, du soutien, de l’aide d’un parent ou d’une tierce personne,
  • par la dérive de nos jeunes, sans emploi ni perspective de réussir sans fuir leur pays,
  • par l’insuffisance ou l’inadéquation des infrastructures sportives, culturelles et de loisir,
  • par l’insalubrité, l’insécurité, les pollutions diverses et variées,
  • par les carences de la gestion des risques naturels inhérents à nos territoires,
  • par la valorisation de nos ressources naturelles et la préservation des écosystèmes ;


Tout cela c’est de la politique !

Nul ne peut donc dire qu’il ne fait pas de politique, car la politique touche à tous les aspects de notre vie quotidienne.

C’est pour cela que j’en appelle à une mobilisation massive des citoyens pour s’emparer du pouvoir à l’échelle municipale, en unissant leurs efforts, en étant forces de propositions, tolérants mais sans compromission, fidèles à nos valeurs, notamment :
  • la démocratie participative, collaborative,
  • la solidarité, l’égalité, la responsabilité,
  • la pluralité plutôt que le nivellement, la standardisation,
  • la diversité des cultures, des civilisations, de l'économie,
  • la précaution et la réversibilité,
  • la prévention plutôt que la réparation,
  • l'autonomie de la personne humaine et des groupes, les libertés individuelles…


Le REV n’est pas un parti politique.

Nous sommes simplement des citoyens engagés, vigilants, prêts à participer, prêts à répondre à l’appel de tous autres citoyens dont l’action apparaît désintéressée et tournée exclusivement vers l’intérêt général.

Nous restons constants et imperturbables sur les valeurs que nous portons depuis un quart de siècle et qui se résument en un mot : l’écologie

Plus qu'une politique, l’écologie est une éthique comportementale, aspirant à une plus grande harmonie, à plus de solidarité et de responsabilité.

Pour ma part, en tant que Conseiller municipal de Pointe-à-Pitre, je déplore et dénonce depuis tantôt la dégradation vertigineuse de l’état de notre ville. Aujourd’hui qu’elle se trouve en cessation de paiement et qu’il est impossible de faire pire, j’entends faire face, et j’appelle les pointois sidérés à se retrousser les manches et relever le défi d’une reconstruction ambitieuse.

Depuis plusieurs mois, nous avons eu l’occasion d’aller dans les quartiers à la rencontre des habitants, qui nous ont confirmé leurs difficultés face à un environnement agressif, face aux insuffisances et aux dysfonctionnements des services publics. 

Conscients de cette réalité, nous sommes prêts à encore faire des propositions de changement et d’amélioration.

Notre ambition est de faire de Pointe-à-Pitre, non seulement une ville où il fait bon vivre, mais également une ville où l’on a envie d’investir et de grandir. Une ville capable d’offrir aux aînés, aux jeunes et aux familles, un environnement agréable et serein, propice à leur bien-être.

La sécurité, la propreté et l’embellissement des espaces publics, la tranquillité des riverains, les déplacements, le stationnement, mais également, l’accès aux services, à la culture et au sport pour tous, la possibilité pour chacun d’accéder à un emploi et à un parcours résidentiel, tout en se préoccupant des questions environnementales, telles que la pollution de l’air, l’augmentation du niveau de la mer et l’aggravation du risque d’inondation de certains secteurs, l’adaptation aux changements climatiques, autant d’enjeux que nous souhaitons prendre à bras le corps.

Les objectifs sont clairs : redynamiser économiquement la ville et valoriser tous ses atouts : sa façade maritime, son patrimoine matériel et immatériel, maïs également, ses habitants, ses entreprises, ses associations.

Compte tenu de l’état des finances de Pointe-à-Pitre, il faudra optimiser les partenariats avec les grands porteurs de projets, comme le GPM qui porte KARUKERA BAY, Cap Excellence avec, notamment, les projets de ZAE, du Centre des Arts et de la Renaissance.

Tous ces chantiers doivent devenir les ingrédients d’un projet global de développement de la ville de Pointe-à-Pitre. Nous comptons également retisser la confiance, par notre rigueur de gestion, avec les Collectivités locales, l’Etat et les instances européennes, que nous considérons comme de véritables partenaires.

Le challenge est de taille, mais nous proposons, avec toutes les personnes de bonne volonté, de relever le défi : Faire de Pointe à Pitre une ville tournée vers la mer et vers l’avenir, une ville moderne, innovante, forte et engagée dans un développement résolument durable. 

Aussi, nous vous proposons, par le biais du Rassemblement citoyen que nous animons, de défendre une vision, une ambition pour cette ville, qui le mérite bien. J’aurai l’honneur de mener cette liste aux prochaines élections municipales de 2020. 

Démocratie collaborative et intelligence collective
Développement économique durable
Adaptation au changement climatique
La mer, les arbres, un environnement sain…


Tels seront les mots forts de notre mandature

Harry DURIMEL